Publié par

Cannabis : la légalisation en France ?

cannabidiol weed made in france livraison millesime art

L’opinion des français concernant le cannabis est à un « point de bascule » nous révélait l’année dernière une enquête Ifop pour Terra Nova et Echo Citoyen. Le résultat de cette enquête démontre que les personnes interrogées – échantillon de 2005 individus de plus de 18 ans – considèrent le cannabis comme un produit dangereux, mais bien moins que le tabac et un peu plus que l’alcool. L’enquête était construite de sorte que les interrogés devaient attribuer une note estimée de « dangerosité » d’un produit, sur une échelle de 1 à 10 (du moins au plus dangereux). Avec une moyenne de 9.4, la cocaïne tient le haut du tableau, suivie par les drogues psychédéliques, le tabac (8.2), le cannabis (7.8), puis l’alcool (7.7). 

Pourtant, les même interrogés précisent qu’ils estiment la consommation de cannabis néfaste pour la santé. Seuls 1% de ces individus estiment que la prise n’a aucun impact, alors que 38% restent convaincus que la toute première prise peut déjà nuire à la santé, même si elle ne perdure pas par la suite. Bien entendu, 49% sont persuadés que la dépendance et les effets d’accoutumance sont les plus dangereux pour la santé, ainsi que l’association avec d’autres produits. Enfin, et ce chiffre nous intéresse tout particulièrement, ils étaient 51%, au moment de l’enquête, à se dire favorables à la mise en vente libre avec régulation de l’État. L’un des sondés précise qu’« il faudrait des  règles concernant la production de cannabis, sa distribution et sa consommation en France, tout en maintenant son interdiction dans certains cas ».

Cette dernière recommandation résonne aujourd’hui particulièrement, à l’heure où les débats sur l’encadrement et/ou la légalisation du cannabis sous certaines formes (CBD) et dans des contextes circonscrits (thérapeutique, récréatif) sont vifs et se font pressants. La récente déclaration d’Édouard Philippe, le 5 avril dernier lors d’un déplacement dans la Creuse, renforce la conviction de ce « point de bascule » évoqué au départ. Annonçant qu’il serait « absurde » de s’interdire la possibilité de « réfléchir à la légalisation du cannabis à usage thérapeutique en France », le premier ministre rejoint Éric Correia sur la possibilité de créer une « filière chanvre thérapeutique » dans le cadre du plan de redynamisation de la Creuse.

Avec plus de la moitié de la population favorable à une nouvelle règlementation, quelques élus et une poignée de ministres prêts à considérer de telles propositions, il semblerait qu’une possible légalisation du cannabis, soit sur le point de basculer.