Publié par

Éric Correia : de Matignon à l’ONU

cannabidiol weed made in france livraison millesime art

Le 26 septembre dernier, Éric Correia – président du Grand-Guéret et conseiller régional de Nouvelle Aquitaine – et Jean-Baptiste Moreau – Député LREM de la Creuse – étaient conviés à Matignon pour une réunion de travail autour de la question de la légalisation du cannabis. Les deux élus creusois étant favorables à la légalisation du cannabis à usage médical, ces derniers étaient venus présenter un projet expérimental d’implantation d’une filière de production sur le territoire de la Creuse.

Toujours dans cette veine, c’est ce projet qui l’a conduit ce 20 mars à Vienne, invité par la commission des Nations Unies sur les stupéfiants, réunie depuis le 14 mars autour de cette thématique. Sa proposition s’articule principalement autour des questions de production et de distribution, rappelant que si « les bienfaits pour de nombreux malades de ces molécules ont été prouvés, la chaîne de production doit être sécurisée dans son ensemble, pour le bien des patients ». En fervent militant du cannabis médical, son argument principal reste la volonté de soulager les patients en état de souffrance, qu’il décrit « dans une situation d’impasse », car « [bourrés] de médicaments qui sont beaucoup plus nocifs et qui provoquent des dépendances beaucoup plus importantes que pourrait faire le cannabis thérapeutique ». Éric Correia souhaite un processus de production, tout comme un mode de distribution sécurisé « au plus proche des malades », posant cette nécessité comme besoin « essentiel » dans le soin, en lien avec l’usage de médicaments à base de cannabis. Ce faisant, il rappelle que ses motivations, bien avant une logique économique de pur développement territorial, sont principalement sanitaires, dans une perspective de réduction de la souffrance liée à la maladie.

En définitive, il semble que le discours de l’élu creusois soit entendu, dans ce mouvement d’ouverture de la France à la légalisation du cannabis à usage médical dans un premier temps, voire à sa légalisation, tout court. Pourtant, pour Éric Correia comme pour d’autres défenseurs du cannabis thérapeutique, l’État Français reste encore trop frileux, indécis. Alors ce mouvement d’ouverture qui semble s’initier pourrait finalement profiter à d’autres, les filières françaises pouvant choisir d’aller s’implanter à l’étranger. Le manque à gagner s’accentuant au rythme de ses hésitations, le gouvernement doit trancher. Et rapidement.