Publié par

Levure de bière, CBD et THC

cannabidiol weed made in france livraison millesime art

Dans une étude publiée le 27 février dernier dans la revue Nature, des chercheurs de l’université de Berkeley en Californie exposent la façon dont ils ont génétiquement modifié la petite levure Saccharomyces cerevisiae. Cette dernière, principalement utilisée pour la fermentation de la bière, permettrait d’obtenir, suite à des manipulations en laboratoire, d’une part du cannabidiol (CBD), mais également du
Δ-9-tétrahydrocannabinol (THC), les deux principaux composés actifs présents dans le cannabis.

Il convient de rappeler l’absence d’effets psychoactifs lié au CBD, contrairement au THC, d’où l’intérêt de la médecine pour le CBD, spécifiquement dans les recherches en thérapeutique. Le biologiste Jay Keasling pose le processus de biosynthèse comme un « moyen plus sûr et plus respectueux de l’environnement pour produire des cannabinoïdes ». En effet, c’est tout simplement à partir du galactose, un sucre naturel, que l’équipe de Berkeley a réussi sa transformation, fruit d’années de tentatives échouées et de plus d’une quinzaine de modifications génétiques. L’enjeu est l’introduction à l’intérieur de l’ADN de la levure, de gènes issus de plusieurs bactéries couplés à la plante de cannabis. En outre, en remplaçant le sucre des micro-organismes par des acides gras, les levures semblent produire des molécules CBD non existantes dans la nature.

L’enjeu principal de ces recherches biologiques réside dans la promesse de nouveaux traitements médicaux à venir, qui seraient dépourvus de substances psychoactives, avec une fabrication simple de procédure, et qui permettraient de surcroît l’analyse biologique de cannabinoïdes quasiment impossible à extraire en temps normal.

Source : Nature – Complete biosynthesis of cannabinoids and their unnatural analogues in yeast.